techredac
 

Rohingyas - Facebook bloque le chef de la junte birmane


Rédigé le Mardi 28 Août 2018 à 14:23
Andrée Navarro


Sous la pression de l'ONU et de groupes de défense de droits de l'homme, Facebook a banni de son réseau le chef de la junte birmane et fermé et 52 pages.


Facebook a reconnu avoir pris une telle mesure pour la première fois, en réponse à une situation "unique". Cette décision est intervenue le jour où les enquêteurs de l'ONU ont demandé que la justice internationale poursuive le chef de l'armée birmane et cinq autres hauts gradés pour "génocide", "crimes contre l'humanité" et "crimes de guerre" à l'encontre des musulmans rohingyas. Les enquêteurs de l'ONU ont jugé que Facebook était devenu "un monstre" en Birmanie et des groupes de défense de droits de l'homme reprochaient au réseau de mettre plusieurs jours à fermer un compte, laissant au contenu le temps d'être diffusé très largement et de devenir viral.

La Birmanie compte 18 millions de comptes Facebook pour 51 millions d'habitants. L'armée bimane et des moines bouddhistes extrémistes ont utilisé la plateforme pour diffuser de la propagande. Des pages niaient les atrocités commises pendant la campagne de l'armée justifiée par la nécessité d'éliminer des rebelles rohingyas. Rappelons que ces violences ont contraint 700 000 Rohingyas à fuir la Birmanie pour se réfugier au Bangladesh voisin. 52 pages, suivies par 12 millions de personnes ont été fermées. Facebook a toutefois indiqué que les données qu'elles contenaient ont été préservées.