techredac
 

Quand l'Affaire Snowden rebondit en France


Rédigé le Lundi 21 Octobre 2013 à 16:53
Andrée Navarro


Selon le quotidien français Le Monde certaines des pièces du dossier Snowden, notamment le contenu d'un graphique, laissent à penser que du 10 décembre 2012 au 8 janvier 2013, la NSA a effectué « 70,3 millions d'enregistrements de données téléphoniques des Français ».


Quand l'Affaire Snowden rebondit en France
Petit rappel.. Edward Snowden, responsable des fuites sur plusieurs programmes américains de surveillance de l'internet et des télécommunications, a été inculpé pour espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux par la justice des États-Unis.
Ce lundi et selon le quotidien Le Monde , la NSA, l'agence de sécurité américaine ciblait « aussi bien des personnes suspectées de liens avec des activités terroristes que des individus visés pour leur simple appartenance au monde des affaires, de la politique ou de l'administration française ».

Pour toute réponse, les autorités américaines se contentent de renvoyer à la déclaration du 8 juin 2012 de James Clapper directeur national du renseignement américain. Selon ce dernier le Gouvernement des États-Unis ne peut collecter d'information que s'il suspecte des activités liées au terrorisme, aux attaques informatiques et à la prolifération nucléaire.

Mais comment la NSA peut-elle espionner les communications téléphoniques en France? Il faut savoir que les communications téléphoniques et les SMS circulent "en clair" sur les réseaux des opérateurs. La NSA a-t-elle écouté à l'intérieur du pays ou aux jonctions internationales des communications ? Soit la NSA s'est branchée sur les réseaux des opérateurs nationaux, soit elle les a piratés pour s'y brancher, soit elle s'est positionnée aux points d'échange internationaux entre opérateurs, où il y a des "zones grises".Grande question : la NSA a-t-elle bénéficié du concours des opérateurs français ?

En Europe, l'Allemagne et le Royaume-Uni dépassent la France en termes de nombre d'interceptions. Cependant, concernant les Britanniques, cet espionnage s'est fait avec l'accord de leur gouvernement...

Côté français, le ministre des Affaires Étrangères Laurent Fabius a convoqué en urgence l’ambassadeur américain alors que le ministre de l'intérieur, Manuel Valls a déclaré qu'il allait demander des explications aux autorités américaines.