techredac
 

Le Pass Culture testé auprès de 10.000 jeunes


Rédigé le Mardi 12 Février 2019 à 05:14
Andrée Navarro


10 000 jeunes volontaires de 18 ans du Finistère, du Bas-Rhin, de la Guyane, de l'Hérault et de la Seine-Saint-Denis, peuvent expérimenter l'application qui leur permettra de dépenser jusqu'à 500 euros dans des activités culturelles.


Ce Pass Culture est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Selon Franck Riester, le ministre de la Culture, ce Pass doit permettre à terme, d'aider tous les jeunes à leur majorité à mettre «le pied à l'étrier pour démarrer leur chemin culturel autonome», au terme du parcours d'éducation culturelle à l'école.

Concrètement, c'est un crédit de 500 euros pour que chaque jeune puisse aller au spectacle, s'abonner à un service de streaming ou prendre des cours de batterie ou de dessin.

Sur l'application, les jeunes sont guidés via des onglets: «applaudir», «jouer», «pratiquer», «regarder», «écouter», «rencontrer». L'utilisateur, à partir d'une image, peut s'informer immédiatement de la localisation et du prix d'une activité, dont le montant, s'il la sélectionne, sera déduit en fonction de son crédit (500 euros au départ).

Les offres numériques sont pour l'instant plafonnées à 200 euros, ainsi que les offres physiques comme les livres, les œuvres d'art ou les instruments de musique... En revanche, il n'y a pas de plafond pour tout ce qui est spectacle vivant, cours de musique ou de dessin.

Autre avantage : le jeune muni du Pass Culture allant à un spectacle pourra amener avec lui la personne de son choix (sans limite d'âge) et son entrée sera automatiquement prise en charge.

Des centaines d'établissements et organisations (musées, théâtres, associations, médias...) sont parties prenantes. Des entreprises, notamment numériques, ont accepté, à l'issue d'une négociation avec l'État, de fournir gratuitement leurs offres, en espérant des retombées financières, une fidélisation et un rajeunissement de leur public.

La plateforme de streaming Deezer assure ne recevoir «aucune rémunération dans cette phase de test».(...) «L'intégralité de l'offre est financée par Deezer»(...) «Il n'est pas question d'avantage financier dans cette opération mais de participation à un projet de démocratisation de l'accès de tous les jeunes à la culture».

D'ici mai, le Pass Culture doit entrer dans une deuxième phase d'expérimentation et être élargi à d'autres départements et surtout à des jeunes non-volontaires, dans l'idée de les ramener ou de les amener vers un parcours culturel.