techredac
 

L'appli Molotov - l'autre façon de regarder la TV


Rédigé le Mardi 12 Juillet 2016 à 12:51
Andrée Navarro


La start-up française lMolotov a lancé son application en France. Elle permet de regarder, sur une même plateforme, des programmes en direct et en replay des chaînes gratuites et payantes. Plus besoin de box pour regarder un programme TV....



Pour Pierre Lescure, le fondateur de Canal+, qui a rejoint la start-up française il y a trois ans, l'application Molotov "est une brique révolutionnaire pour que la TV soit aussi véloce et profonde que le net". Avec une quarantaine de collaborateurs, 10 millions d'euros pour le projet et une nouvelle levée de fonds plus importante à venir, la start-up a de plus reçu le soutien non négligeable d'Apple qui aimerait voir la marque se développer au-delà de la France. Pour Shaan Pruden, directrice senior des partenariats pour Apple "C'est un bon exemple d'une app qui représente le futur de la TV".

Comment ça marche ? Molotov fonctionne avec un système de vignettes, qui permettent de repérer les émissions en cours ou en différé, toutes chaînes confondues. On peut les trier par genre, horaire, personnalité, programmer leur enregistrement à l'avance, ou reprendre une émission au début. "On a voulu créer une autre manière de d'organiser la TV", explique Jean-David Blanc, fondateur d'Allociné, l'un des créateurs de lMolotov.

L'application se décline en deux versions : l'une gratuite qui propose 33 chaines et une formule à 9,99 euros par mois, qui permet de disposer de davantage de stockage et de 37 chaînes. supplémentaires M6 et TF1 refusent pour l'instant de mettre à disposition leurs programmes en replay.

L'application est utilisable sur les ordinateurs Mac, PC, sur l'Apple TV et iPad depuis le 11 juillet. Elle sera disponible sur iPhone courant du mois. A la rentrée, elle arrivera sur les téléviseurs connectés LG et Samsung ainsi que sur les tablettes Android.

Jean-David Blanc
a révélé que la start-up a "des discussions assez avancées dans six pays d'Europe, et envisage aussi les États-Unis."