techredac
 

Italie - port du bracelet électronique pour des salariés


Rédigé le Mardi 19 Mars 2013 à 04:35
Andrée Navarro


Sous prétexte de les protéger des braquages, une filiale italienne du groupe français de restauration collective Elior oblige ses employés de nuit à porter un bracelet électronique. La famille d'une salariée parle de"flicage".


Bracelet electronique
Bracelet electronique
La chaîne de cafétérias MyChef a mis en place ce système de contrôle électronique dans ses établissements situés sur les aires des autoroutes. Cette alarme est portée à la ceinture et se déclenche après une minute et demie d'immobilité de l'employé. Seule l'équipe de nuit (22 heures-6 heures) est contrainte de porter ce bip connecté à un poste de sécurité externe, qui est alerté si le salarié ne bouge pas pendant 90 secondes.

"C'est pour protéger les salariés qu'on l'a fait", assure une porte-parole du groupe français. Sur cette aire d'autoroute qui fait 2 500 mètres carrés, l'établissement a été l'objet de sept attaques à main armée, selon la direction.

Pour la famille d'une salariée "Il n'y a pas de problème de sécurité. Il n'y a pas eu ni braquage ni vol récemment". Ce bracelet électronique "a été mis en place pour obliger le personnel à se mouvoir constamment. C'est du flicage"l. "Les employés travaillent avec la peur de faire sonner le système et de déclencher l'arrivée de la sécurité".

Pour Elior le port du bracelet électronique pour ses employés de nuit italiens a été validé par les syndicats, inquiets pour la sécurité des salariés.