techredac
 

Guyane - lancement des satellites O3b pour améliorer l'accès au web des pays défavorisés


Rédigé le Jeudi 10 Juillet 2014 à 13:16
Andrée Navarro


O3b est l'abréviation de "Other 3 billion", c'est-à-dire les "trois autres milliards" de personnes habitant dans les pays du Sud défavorisés en moyens ou infrastructures liés au numérique et qui n'ont pas facilement accès au web.


O3B Networks
O3B Networks
L'idée de ces satellites est née en 2007 grâce à Greg Wyler, un Américain fondateur de l'opérateur de satellites O3b Networks, pionnier des réseaux de téléphonie mobile 3G en Afrique, alors qu'il se trouvait au Rwanda et était confronté à la mauvaise qualité du réseau de télécommunications. Il a imaginé contourner les coûteuses infrastructures au sol comme la fibre optique ou le câble, en plaçant en orbite des petits satellites qui serviraient de relais spatiaux entre les utilisateurs et le web, à l'aide de seules antennes paraboliques.

La société O3b Networks  souhaite offrir un accès internet très haut débit à trois milliards d'habitants de la planète "sous-connectés". Quatre nouveaux satellites de la famille O3b doivent être lancés dans l'espace ce jeudi 10 juillet, à 20 h 55 (heure de Paris), par une fusée Soyouz tirée depuis la Guyane française. Les satellites vont rejoindre quatre autres satellites en orbite autour de la Terre depuis juin 2013, le long de l’Équateur, et qui ont déjà permis à l'opérateur O3b Networks de proposer ses services aux Iles Cook, un petit archipel du Pacifique.

Début 2015, quatre autres satellites devraient être lancés. O3b Networks indique avoir levé 1,3 milliard de dollars pour la construction, le lancement de ses douze premiers satellites et la mise en place de son réseau. La société  revendique parmi ses actionnaires l'opérateur de satellites SES, le géant Google, le leader des opérateurs du câble Liberty Global, la banque HSBC et la Banque de développement d'Afrique du Sud.