techredac
 

France - des marqueurs chimiques seront déployés contre les casseurs


Rédigé le Mardi 19 Mars 2019 à 19:23
Andrée Navarro


Christophe Castaner a livré quelques détails sur les "PMC" (Produits de Marquage Codés) promis par Édouard Philippe pour identifier les auteurs de violences.


Ce 19 mars, Christophe Castaner, le ministre français de l'Intérieur, a présenté le dispositif de marquage chimique qui devrait être utilisé par les forces de l'ordre lors de prochaines manifestations afin de permettre aux policiers de mieux interpeller les casseurs qui opèrent en marge des manifestations. Ce nouveau dispositif devrait également permettre à la justice de prouver la présence de ces casseurs sur les lieux d'une infraction.

Selon Christophe Castaner "Il y a deux types de marqueurs. Le premier est un marqueur coloré qui fait que si vous êtes marqué au moment d'une infraction et qu'on vous retrouve deux heures plus tard, il est plus facile de faire un lien. (...) Les autres sont des marqueurs transparents qui font que quelques semaines plus tard, si l'enquête aboutit à penser que c'est vous qui êtes en responsabilité, que vous êtes interpellé, on va retrouver des traces"

Aucun détail n'a été donné concernant ces "PMC" pour "Produits de Marquage Codés", on apprend simplement qu'ils pourraient être diffusés via "les engins lanceurs d'eau": "On pourra dire 'tel jour à telle heure vous étiez devant tel magasin". Cette technologie est effective selon le ministre, dans plusieurs commerces souhaitant dissuader les braqueurs. "Si vous cambriolez un commerce, vous sortez, vous ne vous en apercevez pas mais il y a un jet de produit marquant sur vous, qui permet ensuite d'identifier que vous étiez là et que vous êtes responsable du cambriolage".

Le Premier ministre Édouard Philippe a pour sa part annoncé l'interdiction de manifester "chaque fois qu'il le faudra", dans les quartiers "les plus touchés", "dès lors que nous aurons connaissance d'éléments 'ultras' et de leur volonté de casser". Il a indiqué avoir demandé à la Garde des Sceaux de porter l'amende encourue en cas de participation à une manifestation interdite de 38 à 135 euros.