techredac
 

Facebook répond aux chercheurs qui prédisent son déclin d'ici 2017


Rédigé le Samedi 25 Janvier 2014 à 11:04
Andrée Navarro


Une étude réalisée par deux chercheurs de l'université de Princeton annonce la disparition imminente du réseau social. Facebook parle de l'«absurdité totale» d'une étude menée avec des méthodes peu scientifiques.


Facebook
Facebook
John Cannarella et Joshua Spechlere, deux doctorants en ingénierie mécanique et aérospatiale de l'université américaine de Princeton ont réalisé une étude qui prévoit que Facebook devrait perdre 80% de ses utilisateurs entre 2015 et 2017. Naturellement, le réseau social de Mark Zuckerberg n'a pas tardé à répondre et dénonce des méthodes peu scientifiques. Un porte-parole de Facebook estime même que «l'étude proposée par Princeton est une absurdité totale». D'ailleurs, le réseau a reproduit les conditions de l'étude des chercheurs de Princeton en indiquant que la prestigieuse université américaine serait également menacée de disparition et pourrait perdre l'ensemble de ses étudiants d'ici à 2021.

Les deux étudiants, dans leur étude, ont comparé le réseau Facebook qui compte plus d'1,1 milliard d'utilisateurs, à une maladie infectieuse. «Il a été montré que les idées, comme les maladies, se propagent de manière infectieuse entre les gens, avant de mourir, et cela a été décrit avec succès par les modèles épidémiologiques». Pour les deux chercheurs, ces mêmes modèles épidémiologiques seraient applicables à Facebook.

John Cannarella et Joshua Spechlere ont d'autre part comparé Facebook à la plateforme MySpace lancée en 2003, la préférée des musiciens des musiciens à cette époque mais qui a par la suite connu une dégringolade vertigineuse.