techredac
 

Facebook et l'affaire Cambridge Analytica - les excuses de Mark Zuckerberg


Rédigé le Jeudi 22 Mars 2018 à 15:07
Andrée Navarro



Facebook traverse une zone de turbulence depuis que la firme britannique Cambridge Analytica est accusé d'avoir utilisé les données d'utilisateurs du réseau social pour développer un outil informatique permettant de cibler des électeurs, afin de peser dans la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016.

Les excuses tardives de Mark Zuckerberg sur sa page Facebook, sur CNN et dans le New York Times n'ont pas fait taire la polémique autour de l'utilisation de données personnelles de millions d'utilisateurs par Cambridge Analytica. Selon lui, "cela a constitué un abus de confiance très important et je suis vraiment désolé", assurant aussi qu'il "serait heureux" de venir témoigner devant le Congrès. Il a également promis de "réparer le système pour que ce genre de choses ne se reproduise pas".

Estimant que "les actions les plus importantes avaient déjà été prises" en 2014 pour contrôler des applications tierces comme celle utilisée par Cambridge Analytica, Mark Zuckerberg a toutefois concédé: "Lorsque nous avons examiné les systèmes cette semaine, il y avait certainement d'autres choses que nous pensons devoir verrouiller également". Il a indiqué que chacun des 50 millions d'utilisateurs potentiellement exposés au scandale serait personnellement averti.

Le jeune patron de Facebook a reconnu qu'il fallait que le groupe réponde d'abord lui-même à la question de savoir s'il "n'y a pas d'autres Cambridge Analyticas (..) dans la nature", c'est-à-dire d'autres applications susceptibles de transmettre des informations privées.

Le réseau Facebook a-t-il volontairement ignoré que de telles applications pouvaient posséder des données privées, exploitables à des fins économiques ou politiques ? Le groupe californien dément cette éventualité.

Des cabinets d'avocats américains ont déjà annoncé avoir déposé des plaintes et recours en nom collectif (class action), et une campagne d'appels à se désabonner (#deletefacebook) a été lancée. L'action Facebook a chuté en Bourse en début de semaine, et la fortune de Mark Zuckerberg serait passée de 75 à 69 milliards de dollars selon l'agence Bloomberg.