techredac
 

Des nano-fils plastiques hautement conducteurs, qui se construisent seuls


Rédigé le Vendredi 10 Août 2012 à 00:05
Andrée Navarro


Des chercheurs français ont réussi à fabriquer des nano-fibres plastiques dotées de propriétés électriques proches des métaux. Leur originalité c’est qu’elles se construisent "toutes seules"


nano-fils plastiques
nano-fils plastiques
Deux équipes du CNRS et de l'Université de Strasbourg, conduites par Nicolas Giuseppone et Bernard Doudin, ont réussi à fabriquer des fibres plastiques hautement conductrices, de quelques nanomètres d'épaisseur.


Le CNRS précise dans un communiqué que ces nano-fils sont "peu coûteux à obtenir et faciles à manipuler contrairement aux nanotubes de carbone". Ils allient les avantages des deux matériaux utilisés à ce jour pour conduire le courant électrique : les métaux et les polymères organiques plastiques.


En 2010, Nicolas Giuseppone et ses collègues étaient parvenus à obtenir pour la première fois des nano-fils en modifiant chimiquement des molécules de synthèse utilisées dans l'industrie pour un processus de photocopie. Ils avaient observé qu'à la lumière et en solution, leurs nouvelles molécules s'empilaient spontanément de manière régulière pour former des fibres miniatures. Ces fils longs de quelques centaines de nanomètres (1 nm = un milliardième de mètre), sont constitués par l'assemblage dit "supramoléculaire" de plusieurs milliers de molécules.


Les chercheurs, en collaboration avec l'équipe de Bernard Doudin, ont depuis étudié les propriétés électriques de leurs nano-fibres. Ils ont mis les molécules en contact avec un microcircuit électronique comportant des électrodes en or séparées de 100 nm. Puis ils ont appliqué un champ électrique entre celles-ci. Ils ont constaté que sous l'action d'un flash lumineux, les fibres se construisent uniquement entre les électrodes.


D’autre part, ces structures se sont révélées capables de transporter des densités de courant supérieures à 2.106 Ampère par centimètre carré, approchant celles des fils de cuivre.


La prochaine étape pour les chercheurs sera de savoir si ces fibres peuvent être intégrées dans des appareils électroniques comme écrans souples, cellules solaires, transistors, nano-circuits imprimés, etc.




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 13 Janvier 2019 - 20:11 Doctolib lance sa plateforme de téléconsultation