techredac
 

Cyberattaque du 21 octobre - probablement le malware Mirai


Rédigé le Mardi 25 Octobre 2016 à 12:17
Andrée Navarro


L’attaque massive « par déni de service » qu’a subie vendredi dernier le réseau Internet aux États-Unis serait en partie venue d'objets connectés. Des réfrigérateurs, des caméras de surveillance ou des enregistreurs de vidéos dont la sécurité est mise en cause.


Le 21 octobre, aux États-Unis, de nombreux sites Web étaient inaccessibles une partie de la journée, parmi lesquels Amazon, Netflix, PayPal et Twitter pour ne citer qu'eux. L’arme utilisée semblerait être le malware Mirai qui a récemment été utilisé en France contre l’hébergeur OVH.

Selon les experts, l’attaque était bien organisée. Cette cyberattaque massique « par déni de service » consiste à submerger un serveur de requêtes qui finissent par le saturer. Concrètement Il faut donc un grand nombre d'ordinateurs connectés et une cible, en l’occurrence un serveur de DNS, l'entreprise Dyn. Son rôle est de transformer les noms de sites Web tapés dans le navigateur en une adresse IP, c'est-à-dire en une suite de chiffres. Une partie des ordinateurs étaient des objets connectés,. des appareils électroniques reliés à Internet, comme des réfrigérateurs, des voitures, des montres ou des bracelets, plus accessibles aux pirates que les ordinateurs.

En septembre dernier, l'opérateur français OVH a été victime d'une attaque par DDoS due au malware, baptisé Mirai, qui s'était infiltré dans 145.607 caméras de surveillance. Selon Flashpoint, une entreprise américaine spécialisée dans la sécurité, la cyberattaque du 21 octobre aux États-Unis aurait été en partie causée par ce même Mirai et très probablement par des objets connectés, dont des caméras de surveillance.

Selon les communiqués de Dyn, l'attaque était très bien organisée car le débit de données déversées sur le serveur a atteint 1 térabit par seconde, l'équivalent du flot qui a inondé OVH le mois dernier.




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Décembre 2018 - 10:40 Apple va modifier ses iPhone en Chine