techredac
 

Chine - la prison pour les propagateurs de rumeurs en ligne


Rédigé le Mardi 10 Septembre 2013 à 11:41
Andrée Navarro


La Cour suprême populaire chinoise a présenté hier une nouvelle mesure concernant les rumeurs lancées sur internet. Si une fausse information est vue par plus de 5.000 internautes, ou rediffusée plus de 500 fois, son auteur peut être poursuivi pour diffamation.


Agence de presse Xinhua
Agence de presse Xinhua
L'agence de presse chinoise Xinhua explique «les personnes reconnues coupables de diffamation encourent jusqu'à trois ans de prison ou une privation de leurs droits politiques».

Certaines rumeurs peuvent même être considérées comme des «cas graves» si elles poussent la ou les personnes visées à se suicider, s'automutiler ou si elles nuisent à sa santé mentale. Sont également sanctionnées les informations qui déboucheraient sur des manifestations ou émeutes ethniques et qui pourraient «avoir un mauvais effet à l'étranger».

Ces nouvelles mesures entrent en vigueur dès aujourd'hui.