techredac
 

Attentats de Paris - la polémique autour de Safety Check de Facebook


Rédigé le Samedi 14 Novembre 2015 à 04:06
Andrée Navarro


Facebook a rapidement mis en place un système de push "contrôle d'absence de danger" utilisé en cas de tsunami ou de catastrophe naturellepour permettre aux Parisiens de signaler qu'ils sont à l'abri.


Nous espérons que « Safety Check » sera une façon utile pour les personnes touchées de signaler qu’elles sont en sécurité, et de vérifier que cela est le cas également pour leur famille et amis. Le vendredi 13 novembre 2015, à 1h du matin, Facebook a activé son dispositif « Safety Check » en français "signalement de sécurité" pour les personnes touchées par les attaques ‪‎terroristes‬ à Paris.

La veille, un attentat a été commis à Bourj El-Barajneh, dans la banlieue sud de Beyrouth, attentat qui a fait 43 morts le jeudi 12 novembre. Ce terrible attentat n'a pas déclenché une réprobation internationale comme les attaques commises le lendemain à Paris. Et surtout n'a pas suffi à déclencher le fameux Safety Cheick de Facebook. « A nous, on ne crée pas de bouton d’absence de danger sur Facebook », s’indigne le blogueur libanais Joey Ayoub... pas de messages de solidarité de la part des dirigeants d'autres pays..

Peut-on accuser Facebook de deux poids, deux mesures ? Mark Zuckerberg a déclaré le 14 novembre sur sa page avoir pris en compte ces critiques « légitimes » et a annoncé que la fonction « Safety check », inventée pour les situations de catastrophes naturelles, sera désormais disponible dans les cas de « désastres humains ».