techredac
 

20 septembre - 20e édition de la journée mondiale de lutte contre la maladie d'Alzheimer


Rédigé le Samedi 21 Septembre 2013 à 12:34
Andrée Navarro


La 20e édition de la journée mondiale de la lutte contre la maladie d'Alzheimer a été organisée le 20 septembre. Cette maladie représente un véritable défi pour la recherche, d'autant que s'annonce une recrudescence des démences dont l'Alzheimer est la forme la plus courante.


20e édition de la journée mondiale de lutte contre la maladie d'Alzheimer
20e édition de la journée mondiale de lutte contre la maladie d'Alzheimer
Déjà plus de 35,5 millions de personnes sont touchées dans le monde, dont 7 millions d'Européens - 850.000 de malades en France-. Selon l'OMS, le nombre de malades devrait doubler d'ici à 2030 et tripler d'ici à 2050 pour atteindre les 115,4 millions.

Selon la Rand corporation, un organisme privé à but non lucratif, aux États-Unis la maladie d'Alzheimer coûte déjà plus cher que le cancer et les maladies cardiovasculaires.

Selon le Pr Philippe Amouyel, directeur de la Fondation nationale Alzheimer France "La recherche ne va pas assez vite et les modèles animaux sont imparfaits". En effet, ce qui peut donner "des résultats remarquables chez la souris peut s’avérer médiocre et décevant chez l'homme", note le Pr Charles Duykaerts de l'Institut du cerveau-ICM, Paris, en évoquant les premiers essais de vaccination. Et pour éviter "une chance sur cinq d'être touché à + de 80 ans, il faudrait sans doute intervenir bien avant l'apparition des symptômes". Cela suppose un diagnostic du risque d'Alzheimer dix ans avant les premières manifestations cliniques de la maladie. Les outils d'exploration comme les tests neuropsychologiques, le dosage sur le liquide dans lequel baigne la moelle épinière, la génétique, ou le PET scan (tomographie par émission de positrons) permettraient de déterminer les personnes à risque.

Actuellement, aucun traitement ne peut soigner cette maladie, mais de nouvelles molécules sont à l'essai. D'autre part, des études française et américaine montrent que stimuler son esprit, conserver une activité, ou travailler plus longtemps diminueraient le risque de développer la maladie ou retarderaient son apparition.




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 13 Janvier 2019 - 20:11 Doctolib lance sa plateforme de téléconsultation