techredac
 

Kissenger , le baiser 3.0 - vidéo


Rédigé le Mardi 24 Juillet 2012 à 01:07
Andrée Navarro


Cette invention qui permet d’embrasser via internet est issue de l’imagination d’un professeur de robotique de Singapour. Ces lèvres virtuelles pour amours à distance s’appelle « Kissenger »….


Kissenger , le baiser 3.0
Kissenger , le baiser 3.0
Le "Kissenger", contraction de "kiss"  en français baiser et "messenger" pour messager, a été conçu par Hooman Samani, professeur à l'Université nationale de Singapour (NUS ). C’est un appareil muni de "lèvres" qui permet d'embrasser via Internet. Il a la forme d'une petite tête de plastique pourvue d'une bouche surdimensionnée. Il suffit de l’embrasser pour qu'une vibration se fasse ressentir sur la bouche de l'autre appareil que votre partenaire sera également en train d'embrasser à l'autre bout du monde. Pour intensifier la sensation de baiser, les deux amoureux peuvent "s'embrasser" en se regardant en direct sur l'écran de leur ordinateur.

 
Comment ça marche ??? Les lèvres artificielles sont réalisées  en silicone détecteur de mouvement et elles offrent selon leur concepteur "la meilleure des sensations". Le professeur Hooman Samani ,explique « qu’elles peuvent être utilisées comme un moyen d'améliorer les communications entre les humains ».

 
Le "kissenger" est en cours de finalisation dans un laboratoire mis sur pied entre la NUS et l'Université Keio du Japon. Pourtant des "questions éthiques" se posent et retardent sa commercialisation. Hooman Samani explique "Le baiser est quelque-chose de très intime. Afin de pouvoir mettre sur le marché un produit qui va s'attaquer à ce sujet sensible, nous devons effectuer les études appropriées, sur les aspects sociaux et culturels".

 
Pour info, le professeur Hooman Samani, spécialisé dans l’intelligence artificielle, oriente ses recherches non pas vers la capacité motrice des robots mais vers des domaines plus inattendus puisqu’il  a choisi de développer les sentiments de ces machines, plus particulièrement celui de l’amour. Il avait déjà présenté la Lovotic, contraction d’ « amour » et de « robotique » c’est-à-dire un robot qui serait capable d’aimer...