techredac
 

800.000 internautes soutiennent le site YouTube-MP3 contre Google


Rédigé le Lundi 16 Juillet 2012 à 15:34
Andrée Navarro


Google a sommé le site YouTube-MP3 de cesser toute activité. Le site a lancé une pétition et recueilli le soutien de près d'un million d'internautes. Clairement, le débat tourne autour du téléchargement de fichiers MP3 à partir de YouTube en particulier de clips musicaux. Les ayant-droits refusent toute "légalisation" de cette pratique qui, selon eux, reviendrait à autoriser une forme de téléchargement gratuit de morceaux de musique.


800.000 internautes soutiennent le site YouTube-MP3 contre Google
L'affaire commence début juin lorsque les avocats de Google ont informé Philip Matesanz que son site YouTube-MP3.org qui revendique plus d'un million de visiteurs quotidiens ne respectait pas les conditions d'utilisation du site de vidéos. Pourquoi ? YouTube-MP3 propose aux internautes de télécharger gratuitement le son de n'importe quelle vidéo YouTube. Mais selon les conditions du site, il est interdit de "séparer, isoler, ou modifier les composants audio ou vidéo de n'importe quel contenu sur YouTube mis à disposition depuis l'interface de programmation de YouTube".


Dès le début du mois de juillet, Philip Matesanz a répondu en affirmant que son site ne violait pas ces conditions puisqu'il n'utilise pas "l'interface de programmation". Deux expertises juridiques, qui ont validé les arguments du site, jugent "non fondée" la requête de Google.


Depuis, les internautes ont lancé une pétition réclamant l'"autorisation des outils d'enregistrement tiers pour YouTube" : "Pendant des années, il était autorisé de copier pour un usage privé n'importe quelle diffusion publique. On pouvait enregistrer un programme radio sur une cassette par exemple. Aujourd'hui, Google prend des mesures contre presque tous les services permettant de créer une copie privée d'une diffusion publique sur YouTube."


Plus de 800.000 personnes ont déjà signé cette pétition. Philip Matesanz espère atteindre le million de signataires pour déposer lui-même le texte chez Google.